Quel cadre pour le smart hôpital ?

Partager

Dans mes précédents articles, on a un peu fait le tour de la tendance « smart building » et de son application à l’hôpital. Si beaucoup de nos hôpitaux commencent à entrer dans cette logique, il est maintenant l’heure de réfléchir aux conséquences de cette tendance de fond.

vers plus d’ambulatoire


Si nous résumons mes derniers posts, nous voyons et allons voir de plus en plus d’échanges actifs et dynamiques entre des capteurs d’information, des récepteurs, des afficheurs, analysés en fonction d’applications métier et du profil de l’individu au sein des hôpitaux.

Ces améliorations vont permettre d’accompagner l’évolution majeure des hôpitaux français dans les prochaines années : la montée en puissance des pratiques ambulatoires.

Cette pratique recouvre l’hospitalisation à la journée sans hébergement de nuit. Elle comprend des actes chirurgicaux programmés et réalisés dans des conditions techniques exigeantes et rigoureuses avant, pendant et après le soin. Cela nécessite que toute l’organisation soit centrée sur le patient, et repose sur un processus de gestion des flux de toute nature : patients, RH, matériel, information.

Il faut de l’efficacité pour laisser le temps au soignant de soigner et ne pas les perturber avec une gestion de suivi et d’administration lourde sur chaque cas patient lors de sa venue dans l’établissement.

Cela est d’ailleurs une évolution qui se concrétise dans plusieurs pays. En Espagne, dans la province autonome d’Andalousie en Espagne, 17 nouveaux « CHARES » (Centros Hospitalarios de Alta Resoluciaon) sont en construction. Ces nouveaux hôpitaux, de petite taille, ont été conçus autour des principes d’accessibilité, de rapidité, d’efficacité, et de numérisation des informations médicales. Les CHARES proposent une alternative innovante aux hôpitaux de court séjour traditionnels, des délais d’attentes réduits et une logistique destinée à améliorer les consultations externes et les procédures de diagnostic.

le patient au cœur de l’information


Le patient était déjà au cœur de la santé, on le place maintenant au cœur de la coordination entre les réseaux : santé et smart building.

En effet, dès son arrivée à l’hôpital, ses données médicales sont véhiculées sur le réseau. Dès son enregistrement des informations sont envoyées aux différents services ou  applications pour que son parcours dans l’hôpital devienne dynamique et efficace.

Ainsi, des inputs suivant son profil peuvent être envoyés et gérés au sein du bâtiment pour l’accueillir, via des bornes, de l’affichage dynamique dans le hall, dans les lieux de passage, dans sa chambre.

Ces Smart évolutions vont permettre aux équipes soignantes de se recentrer sur le soin, et à l’hôpital d’entrer dans l’axe de l’hypervision de son fonctionnement.

Bien entendu, nous ne pouvons ignorer, les multiples publications dans le cadre de la « Silver Economie » de la déclinaison du smart building au domicile communément appelé domotique. Mais c’est encore un autre sujet que nous pourrons développer dans un autre billet…

Géraldine.

 

crédit photo : © spotmatikphoto - Fotolia.com
 

Géraldine Gaillard

Dans le cadre de la constitution des Groupements Hospitaliers de Territoires, le numérique va permettre d'accompagner la stratégie de prise en charge du patient commune et graduée, dans le but d'assurer une égalité d'accès à des soins sécurisés et de qualité.
Au sein d'Orange Healthcare, je travaille sur notre positionnement et approche des parcours de soins, afin d'apporter notre proposition de valeur face à ces enjeux de mutualisation réseaux, données, collaborations.