L'hôpital numérique, faisons le point !

Partager

Lancé fin 2011, le plan « hôpital numérique », c’est le programme français de modernisation des systèmes d’information hospitaliers. A mi-parcours, 61 millions d’euros dépensés, 401 projets dans 248 établissements, quel bilan faire de cette initiative nationale ?

confidentialité, fiabilité et dynamisme, les socles du plan « hôpital numérique »

Un petit saut dans le passé, ça vous dit ? Nous sommes en 2012, le programme « hôpital numérique » vient tout juste d’être lancé. L’objectif de la  Direction Générale de l’Offre de Soins (DGOS) et de l’Agence Nationale d'Appui à la Performance des établissements de santé et médico-sociaux (ANAP) est alors de faire entrer les hôpitaux français dans une grande vague de modernisation. L’ambition est claire : avoir à terme au niveau des SI hospitalier un socle commun, de façon à améliorer significativement la qualité et la sécurité des soins.

3 prérequis, indispensables pour assurer une prise en charge du patient en toute sécurité, sont alors identifiés comme prioritaires :

  • la confidentialité des systèmes
  • leur fiabilité
  • leur dynamisme 

et 5 domaines fonctionnels pour lesquels le programme définit des exigences d’usages du SI sont également mis en avant :

  • les résultats d’imagerie, de biologie et d’anatomo-pathologie
  • le dossier patient informatisé et interopérable
  • la prescription électronique alimentant le plan de soins
  • la programmation des ressources et l’agenda du patient
  • le pilotage médico-économique

Pour quels résultats ?

Si « 2012 a été l’année de lancement du programme, 2013 celle de sa mise en œuvre et 2014 celle de la dynamique engagée »  comme le dit Franck Jolivaldt, chef de la mission système d’information des acteurs de l’offre de soins (MSIOS) à la DGOS, il est grand temps de faire un bilan.

A date donc, 800 établissements remplissent les trois priorités pré-requises par le programme… ce qui représente environ 30% des établissements de soins français. Un bon début donc mais qui doit s’accélérer dans les 3 prochaines années pour espérer atteindre les 100% en 2017.

401 projets dans 248 établissements ont été engagés pour une dépense totale de 61 millions d’euros.  Les projets couvrent ainsi largement les 5 domaines fonctionnels prioritaires :

  • le plus grand nombre (30 %) concerne la prescription électronique alimentant le plan de soins
  • le pilotage médico-économique est au centre de 19 % des programmes, tout comme la mise en place d’un dossier patient informatisé interopérable, suivi à 17% par la  programmation des ressources
  • enfin la numérisation des résultats d’imagerie concerne 15 % des projets.

L’évolution globale est donc plutôt favorable, même si certaines régions sont plus en avance que d’autres et certains projets favorisés par les établissements.

une action pérennisée jusque 2017

La 3ème journée de l’ANAP a été l’occasion de réaffirmer l’attachement du gouvernement à ce programme. Yannick Le Guen, sous-directeur de la DGOS, a ainsi précisé que 70 M€ sont déjà engagés pour la suite…  Les chantiers au niveau des établissements hospitaliers pourront donc se poursuivre et de nouveaux projets pourront émerger car les établissements ont jusqu'à 2016 pour déposer leur dossier.

De bons augures semble-t-il ! Il faudrait donc peut-être s’interroger sur la suite à donner à ce programme en 2017… Sera-t-il alors pertinent de renouveler un plan « hôpital numérique » bis ? Faudra-t-il faire évoluer et augmenter le niveau de prérequis pour continuer de faire monter en qualité les SIH ? Qu’en pensez-vous ?

Géraldine

crédit photo : sudok1 - www.fotolia.com

Géraldine Gaillard

Dans le cadre de la constitution des Groupements Hospitaliers de Territoires, le numérique va permettre d'accompagner la stratégie de prise en charge du patient commune et graduée, dans le but d'assurer une égalité d'accès à des soins sécurisés et de qualité.
Au sein d'Orange Healthcare, je travaille sur notre positionnement et approche des parcours de soins, afin d'apporter notre proposition de valeur face à ces enjeux de mutualisation réseaux, données, collaborations.