Insouciants ? Et oui même à plus de 65 ans !

Partager

Seuls 10% des seniors se soucient de leur future dépendance selon un sondage de l’Insee de février 2015. Inconscience ? Insouciance ? Démagogie ? Décryptons ensemble ce sondage alors qu’en Europe, on devrait compter près de 151 millions de plus de 65 ans en 2060.

le « déni » des seniors


Certes l’étude a été menée sur environ 2000 personnes de « seulement » plus de 45 ans, néanmoins ils sont à peine plus d’un sur dix à avoir préparé une éventuelle perte d’autonomie. Plus fort, 27% des interrogés n’ont pas envisagé un jour de devenir dépendants.

Alors effectivement, comme le précise Hervé Sauzay, directeur du département Générations et Modes de Vie de Bayard, « à 65 ans, il existe un écart de près de 20 ans entre l’âge réel et l’âge ressenti ». Mais n’est-il pas faire preuve d’une totale inconscience en ignorant la perte d’autonomie qui va souvent de pair avec le vieillissement ?

Les pertes modérées d’autonomie touchent en effet :

  • 13,7% des personnes de 60 à 79 ans
  • 25% des personnes de 80 ans et plus

Et la dépendance :

  • 3,3% des personnes de 60 à 79 ans
  • 13,7% des personnes de 80 ans et plus(1)

Comment expliquer ce constat ?


Finalement, on en vient quand même à se poser la question du pourquoi de ce constat… Est-ce réellement de l’insouciance ou un pis-aller ? Les seniors ont-ils la possibilité de préparer une éventuelle perte d’autonomie ?

Pour les 10% de « prévoyants », l’assurance dépendance individuelle est le dispositif privilégié (plus de 70% d’entre eux en ont souscrit une). L’épargne et l’aménagement du logement suivent et seulement 9,2% disposent d’une assurance dépendance collective souscrite dans le cadre de leur entreprise. On le voit donc, prévoir une éventuelle perte d’autonomie va de pair avec un investissement de la part des seniors, investissement qui peut s’avérer délicat pour les foyers les plus modestes.

D’ailleurs, l’étude de l’Insee confirme cette observation puisque parmi ceux qui ne préparent pas la perte d’autonomie, 28% expliquent qu’ils n’ont pas les moyens de le faire et 25% que ce qu’ils seraient en mesure de faire serait de toute façon insuffisant.

L’insouciance des seniors est donc somme toute relative. Si effectivement, une partie des plus de 65 ans n’envisagent pas de devenir dépendant, il me semble que la majeure partie à conscience du risque mais n’a que peu ou pas les moyens pour agir contre…

La question de la bonne information des seniors face à ce risque est également soulevée quand on voit que 16% des interrogés déclarent « ne pas savoir comment s’y prendre »… avis aux sociétés spécialisées dans le « 5ème risque » : communiquez !!

 

Caroline.

 

(1) Enquête Handicap-Santé 2008 - http://www.conseils-seniors.com/Chiffres-cles.html

 

crédit photo : © eelnosiva
 

Caroline Crousillat

Spécialiste de la communication digitale, je donne vie à Orange Healthcare sur les réseaux sociaux jours après jours. Geekette dans l'âme, je reste à l'affut de toutes les nouvelles applications des technologies dans la santé mais aussi dans d'autres domaines.