voyage au cœur du data center Normandie, éco responsable et ultramoderne

Partager

Situé à deux heures de Paris dans une petite zone d’activité normande, se trouve l’un des data center les plus modernes de France. Nous avons eu la chance de pouvoir visiter ce centre de données dernière génération, construit en 2012 par Orange. Une forteresse contenant pour le moment plusieurs Pétaoctets de données (1 Po = 1 millions de Go), répartis dans deux salles hermétiques (deux salles supplémentaires sont en cours d’installation).

Ultra sécurisé, moderne, écologique et performant, le site permet de réaliser des économies en énergie et réduit ainsi le coût de stockage d’Orange. Qu’il y a t-il derrière les services Cloud d’entreprise que vous utilisez probablement tous les jours ? Réponse dans le bilan de notre voyage au centre du data center d’Orange qui héberge les services Cloud for Business de Val-de-Reuil.

Michel Panel, le directeur du data center de Val de Reuil a guidé notre groupe d’influenceurs et de blogueurs du monde l’IT le 4 décembre

un site ultra sécurisé

Possédant en son sein des données et des applications critiques de grandes sociétés, Orange a le devoir de mettre tout en œuvre pour assurer le maximum de sécurité.

Cela commence par le choix du site, défini selon pas moins de 70 critères. Parmi ceux-ci,

  • la température qui doit être en moyenne autour de 17°,
  • le raccord au réseau d’Orange,
  • la desserte en réseau électrique haute tension (pour un data center pouvant consommer jusqu’à 50 MW),
  • et bien entendu la faiblesse des risques industriels,
  • la construction du site dans une zone non inondable avec peu de risques sismiques, et qui n’est pas dans un couloir aérien.

Trois sites sont finalement ressortis : Laon, Reims, et Val-de-Reuil qui a finalement été choisi.

un soin particulier apporté à la propreté et à la protection des salles

Mais il ne s’agit pas seulement de trouver le site de construction pour assurer la sécurité des données : il faut aussi prévoir les risques, à commencer par celui qui concerne la ressource de base du data center : l’électricité.

Le site est construit à proximité de deux centrales nucléaires, ce qui lui permet de disposer de deux raccordements de  90 KV (soit l’équivalent de la consommation d’une ville de 75 000 habitants) enterrés et sous sarcophage (bloc de béton entourant le câble). Au cas où ces câbles seraient tous deux hors de service, d’énormes moteurs à 20 cylindres fonctionnant au diesel peuvent fournir assez d’électricité pour le site. Et si toutefois ces moteurs ne fonctionnent pas (ceux-ci sont régulièrement contrôlés pour éviter ce problème), les serveurs continueraient à être alimentés par des batteries de secours et des onduleurs. Le risque d’un black out est donc hautement improbable.

le groupe en visite d’une baie

pas qu’une question d’électricité

La sécurité de s’arrête pas à la gestion de l’électricité. Une équipe de pompiers et une équipe de sécurité sont présentes en permanence pour surveiller le site. Les visiteurs ne sont jamais laissés sans surveillance (nous avons ainsi eu le droit à une escorte tout au long de notre visite), et l’on doit franchir différents portiques s’ouvrant uniquement à l’aide d’un badge et en scannant l’empreinte digitale.

La double clôture entourant l’enceinte est équipé de capteurs et de caméras. A la moindre anomalie, les responsables du site sont avertis sur leur ordinateur par un système de pop-up. Dans un site consommant autant d’énergie, le feu est également un danger à ne pas négliger. Des détecteurs sont placés dans chaque recoin et des systèmes de brouillard d’eau permettent d’éteindre les débuts d’incendies. Aussi, les matériaux utilisés pour la construction et l’exploitation du site sont incombustibles. Pour parer aux risques d’inondation du site, des capteurs au sol sont présents dans tout le data center.   

Les éléments de sécurité mis en place ont permis au data center d’obtenir les certifications nécessaires à  l’hébergement d’informations sensibles comme les données bancaires. Parmi les certifications, les normes mastercard (banque), ISAE 3402 (sécurité), ISO 14001 (environnement), ISO 27001(sécurité de l’information), HQE (environnement).
 

le free-cooling : réduire naturellement la température d’un data center

Une innovation mise en place sur ce site a retenu notre attention : le free-cooling. D’ordinaire, un data center utilise énormément d’énergie pour faire fonctionner ses serveurs, mais également pour les refroidir, ce qui constitue un gaspillage important d’énergie. Le free-cooling permet de récupérer l’air extérieur (qui doit être au dessous de 23°, ce qui en Normandie est le cas durant 85 % de l’année), de le filtrer, le déshumidifier et l’envoyer dans une grande salle située sous les serveurs qui vont ainsi être refroidis par l’air remontant.

Pour faciliter cette remontée d’air, la pression atmosphérique des salles est maintenue à 5 pascals en dessous du niveau normal, pour créer un appel d’air. Cet air se réchauffe au contact des serveurs et est récupéré par le haut. Une partie sert à chauffer les bâtiments où travaillent les salariés du site, une autre est mélangée à l’air froid entrant pour stabiliser la température (celle-ci ne doit pas être trop basse, 17° en moyenne). Le reste de l’air chaud est rejeté à l’extérieur. Des projets de réutilisation de cet air chaud sont en cours, en collaboration avec la commune voisine.

le responsable de la sécurité nous a accompagnés tout au long de notre visite, y compris sur les toits du premier bâtiment

concernant les coûts

L’investissement représente une centaine de millions d’euros. Pour les coûts d’exploitation, il est encore trop tôt pour faire une estimation. Le site devrait rapidement regrouper certains data center, et générer des économies d’énergie considérables. Soit, à terme et chaque année, une économie représentant l’équivalent de la consommation en électricité d’une ville de 30 000 habitants.

Yann Gourvennec

Je suis spécialiste en systèmes d'information, marketing de la highTech et Web marketing. Je suis auteur et contributeur de nombreux ouvrages et Directeur Général de Visionary Marketing. A ce titre,  je contribue régulièrement sur ce blog pour le compte d'Orange Business Services sur les sujets du cloud computing et du stockage dans le cloud.