Industrie : des objets connectés au service de la détection d'incendies

Partager

Objets connectés, drones et réseaux mobiles s’associent dans un nouveau cas d’usage : la détection des incendies sur un site industriel. De l’alerte au traitement du sinistre, la technologie facilite et accélère le travail des équipes d’intervention, tout en augmentant la sécurité.

Détecter et confirmer l’incendie

Le cas d’usage « Fire management » s’appuie en premier lieu sur des objets connectés (IoT), chargés de surveiller un site industriel et d’émettre une alerte en cas d’incident. La détection passe par des caméras connectées en LTE, qui offrent une flexibilité de déploiement supérieure aux caméras filaires.

Les images sont remontées vers une solution d’analyse vidéo sur site, chargée de détecter tout signe de fumée. Notez que cette même plateforme analytique pourrait être adaptée à d’autres cas d’usage : par exemple la détection d’une intrusion, le comptage de personnes franchissant une ligne ou l’estimation de la densité de personnes dans une zone.

Une fois l’alerte levée, deux actions sont lancées : le signalement de l’incident aux équipes de surveillance via une passerelle dédiée ; puis le lancement de drones chargés de mener l’enquête. Il s'agit d'un processus entièrement automatisé ! Le drone calcule le trajet qui le sépare de la caméra ayant détecté l’incident, puis décolle et se rend sur site. Il filme alors les lieux avant de retourner se poser sur sa base. Ce flux vidéo est transmis en LTE aux équipes de surveillance et d’intervention via une solution eMBMS (« enhanced Multimedia Broadcast/Multicast Service ») couvrant l’ensemble du site industriel.

visuel drone

Gérer l’incident avec voix et vidéo

L’eMBMS ( LTE Broadcast) offre le multicast, qui permet de transmettre en une seule fois le flux vidéo à un grand nombre de personnes (1 émetteur pour x récepteurs). Le gain en termes de capacité réseau requise et de garantie des services est ici décisif.

L’eMBMS peut également être utilisé par les membres de l’équipe d’intervention pour diffuser des vidéos prises par leurs téléphones portables, lesquelles pourront être consultées par tous les intervenants chargés de traiter le sinistre.

La gestion des communications entre le centre de contrôle et les équipes d’intervention – et entre les membres mêmes de l’équipe d’intervention – passe par des techniques de « push to talk ». Ces dernières assurent la transmission instantanée de messages texte et voix à tout un groupe de personnes, mais aussi de données, comme le plan du site.

Dans l’esprit de la 5G

Ce cas d’usage est aujourd’hui fonctionnel via les briques proposées par la 4G, mais préfigure par certains aspects les bénéfices de la 5G :

  • Tout d’abord l’utilisation de la virtualisation des fonctions réseaux est aussi typique de ce que proposera massivement la 5G en facilitant l’installation de serveurs banalisés au sein des locaux du client,
  • le traitement opéré en local par la plateforme d’analytique vidéo, qui est dans la mouvance de l’Edge Computing. Une informatique de proximité localisé sur le site qui permet d’effectuer un premier traitement des informations sur site puis de lancer l’alerte, avec une réactivité optimale et sans mettre en péril la confidentialité de certaines informations, qui restent sur le site industriel.

La 5G permettra d’aller encore plus loin, en premier lieu grâce à une capacité améliorée. Cet élément s'avère crucial lorsque le nombre de flux vidéo se multiplie. Par ailleurs, la 5G permet le « network slicing », qui isole les fonctions réseau application par application. Il sera ainsi possible de définir un service réseau dédié à la gestion des incendies, avec une qualité de service garantie de bout en bout, sans impact sur les autres services réseau de l’entreprise.

Pour aller plus loin

Les usages de la 5G se préparent dès maintenant

Un réseau 5G pour répondre aux exigences de l'hyper-connectivité des entreprises

Comment la 5G part à l'assaut de l'Internet des Objets

Arnaud de Lannoy

Architecte Radio Access Network (RAN) chez Orange Labs Networks, je suis en charge de l’évolution de l’architecture des réseaux mobiles, vers la 5G et la virtualisation des fonctions réseaux du RAN. J’aspire à trouver des solutions innovantes, qui répondent aux nouveaux cas d’utilisations de nos clients et à l’écosystème de déploiement d’Orange.