Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.

Métro, bureau 2.0, dodo

Métro, bureau 2.0, dodo
2 Mars 2017dans Tendances2017-03-022017-03-03tendancesfr
Les évolutions des technologies et des usages transforment le rôle du bureau en entreprise : de lieu incontournable pour chaque collaborateur, il se dématérialise vers un modèle à la carte, et pourrait bientôt devenir un espace de rencontre ponctuel axé sur la convivialité.
Bureau 2.0
Les évolutions des technologies et des usages transforment le rôle du bureau en entreprise : de lieu incontournable pour chaque collaborateur, il se dématérialise vers un modèle à la carte, et pourrait bientôt devenir un espace de rencontre ponctuel axé sur la convivialité.


La place du bureau en question
Quel avenir pour la vie de bureau ? Les locaux de l’entreprise, qui ont longtemps été les lieux indispensables et obligatoires de l’activité professionnelle, voient aujourd’hui leur utilité remise en question. Si la massification de l’utilisation d’internet et la multiplication des terminaux n’avaient pas jusque-là bouleversé les habitudes des actifs, l’arrivée en entreprise des générations nées avec internet change la donne.

Ces « digital natives », habitués à des technologies accessibles en tous lieux, sont coutumiers des échanges informels, utilisent quotidiennement les réseaux sociaux et s’attendent à retrouver dans l’entreprise des espaces de travail intégrant ces modes de communication et d’échange. Le contexte économique concurrentiel, qui encourage l’optimisation immobilière, met également à mal le rôle central du bureau, qui est généralement le 2e poste de coût d’une entreprise après sa masse salariale, révèle une récente étude de la Compagnie des Baux.

Le bureau tel qu’on le connaît aujourd’hui parait donc de plus en plus optionnel. « 24 % des actifs travaillent déjà en dehors du bureau », rappelle Frantz Gault, Associé chez LBMG Worklabs. « Beaucoup d’entreprises peuvent d’ores et déjà fonctionner sans bureaux physiques si elles le souhaitent. Pourquoi investir dans des locaux si l’on n’en a pas réellement besoin ? » Le bureau 2.0, c’est donc celui que l’entreprise choisit de conserver en raison de sa valeur ajoutée, pour mieux le réinventer.


La digitalisation de l’espace de travail
Les entreprises orientent aujourd’hui l’investissement vers le bureau digital, pour proposer de nombreux services aux collaborateurs : réservation de salles en ligne, solutions de communication ou de collaboration, compatibilité des outils avec le matériel informatique personnel… Le bureau digital reprend une base d’informations et de services commune, combinée à une offre applicative spécifique en fonction des métiers. Il facilite le travail à distance et séduit progressivement les employeurs comme les collaborateurs qui bénéficient d’une flexibilité des pratiques, et de gains de temps comme de productivité.

« La question du numérique au bureau, c’est aussi celle du travail », complète Franz Gault. « Les deux vont être profondément impactés par le développement de technologies basées sur les algorithmes, l’intelligence artificielle, le Big Data ou le deep learning ». On peut en effet imaginer le bureau du futur comme le lieu depuis lequel l’humain piloterait ces technologies qui effectueraient une importante partie des tâches répétitives et automatisables de l’entreprise.

Vers un espace de travail plus convivial

Néanmoins, plusieurs raisons poussent l’entreprise à conserver et améliorer ses locaux. D’abord, le bureau est l’incarnation de l’entreprise dans l’espace public. Mais surtout, sa valeur ajoutée réside dans l’interaction humaine : c’est un lieu de rencontre physique entre les collaborateurs. Et ces rencontres physiques sources d’échanges informels sont souvent créateurs de valeur.

Si la rencontre se fait de manière occasionnelle, elle renforce l’envie d’un lieu aménagé à cet effet, plus agréable à vivre que les bureaux standards parfois impersonnels. Fortes de ce constat, les entreprises qui transforment leurs locaux ont chacune leur méthode : 

  • certaines réduisent leur surface tout en permettant aux salariés de réserver des tiers-lieux ou des espaces de co-working,
  • d’autres optent pour des locaux ressemblant davantage au domicile avec des espaces de travail équipés de salons, de cuisines…
     

« N’oublions pas que le bureau est aussi un lieu de création », conclut Franz Gault. « Il peut contribuer à créer de l’innovation disruptive en interne en se dotant de laboratoires ou d’espaces de test à disposition des collaborateurs ». Une logique qu’on l’on retrouve aussi bien chez les start-up que dans les entreprises du CAC 40.


Pour aller plus loin

>> Le digital workspace, ce nouvel état d'esprit pour les collaborateurs !
>> Même en mobilité, mon bureau me suit
 

 

Télécharger

Découvrir

Recevoir la newsletter

Tous les mois, les tendances et témoignages sur la transformation digitale des entreprises

S’inscrire maintenant
Changer d'affichage