Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.

Des milliards de données à prendre...

Des milliards de données à prendre...
20 Novembre 2013dans Tendances2013-11-202013-11-21tendancesfr
Mais que faire du big data ?
Amaury de Buchet, professeur en innovation et entrepreneuriat affilié à ESCP Europe

réflexions d’Amaury de Buchet, professeur en innovation

 

En 2009 apparaît , avec le mot « zettabyte » (1 milliard de térabytes), la notion de big data. Mai 2011, le cabinet de conseil McKinsey annonce qu’« un distributeur tirant le meilleur parti des big data a la possibilité d’accroître sa marge d’exploitation de plus de 60 % ».

Si nous savons depuis longtemps comment collecter et traiter de gran­ des quantités de données historiques sur le comportement  des individus, nous pouvons aujourd’hui le faire en temps réel et sur des données non structurées. Après analyse d’informations collectées sur les réseaux sociaux, le  logiciel  RIOT (« émeute » en anglais ou « rapid informa­tion overlay technology »), de la société américaine Raytheon, peut prévoir où d’éventuelles manifestations auront lieu et estimer combien de personnes y participeront. Autre exemple, un programme développé par Xerox indique aux habi­tants de Los Angeles où ils peuvent trou­ver des places libres de parking.

La connaissance du client est en effet la clé pour le marketing, qui est, avant la DSI, le principal déclencheur des démarches big data. L’approche marketing traditionnelle est une cascade d’hypo­thèses que confirment ou invalident des études. Le big data permet de tester rapidement un grand nombre d’hypothè­ses plus créatives.

La plupart de ces données sont des traces d’activités numériques (géolo­calisation, transactions, visites…) que le consommateur pense être disparates. Ce n’est plus vrai aujourd’hui, notamment avec le retargeting publicitaire, une technique permettant d’inciter l’internaute qui a quitté un site marchand sans acheter à y revenir grâce à des bannières ciblées. Sans parler des données probabilistes. L’année pas­sée, les magasins américains Target ont ainsi envoyé des coupons de réduction pour des produits de puériculture à des femmes sur la base d’un score de prédic­tion de grossesse.

Avec ce genre d’intrusions dans le domaine de la vie privée de cha­cun, de nombreuses questions se font jour : la collecte et le traitement des données doivent-­ils être taxés ? Ou encore, plus simplement, certaines données sont­-elles suffisamment proté­gées ? À suivre…

 

Télécharger

Recevoir la newsletter

Tous les mois, les tendances et témoignages sur la transformation digitale des entreprises

S’inscrire maintenant
Changer d'affichage