Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.

Demain : quelle recette pour une formation efficace ?

Demain : quelle recette pour une formation efficace ?
1 Juin 2017dans Témoignages2017-06-012017-06-20témoignagesfr
Les opportunités qu’offre la transformation numérique ne sont plus à prouver. La balle est dans le camp des entreprises qui doivent tirer parti des atouts du numérique pour optimiser chacune de leurs fonctions. Dans ce contexte, la formation digitale doit se réinventer pour être pleinement efficace.
Formation digitale
Les opportunités qu’offre la transformation numérique ne sont plus à prouver. La balle est à présent dans le camp des entreprises qui doivent tirer parti des atouts du numérique pour optimiser chacune de leurs fonctions. Dans ce contexte, la formation digitale doit se réinventer pour être pleinement efficace !

 

Tirer parti des atouts du numérique

Aujourd’hui, notre vie change et s’accélère. Tout est plus rapide, fluide, connecté… La formation digitale peut accompagner cette évolution.

  • Elle est accessible : grâce à son accès « ATAWAD » (AnyWhere, AnyTime, AnyDevice) chacun peut s’organiser comme il le souhaite, en consacrant une demi-journée par semaine ou une demi-heure par jour à sa formation, tirant profit des temps de transport, etc.
  • Elle est plus réactive : elle permet de suivre les évolutions (technologiques, d’organisation, de société, réglementaires…) de notre vie et ainsi faire face à l’obsolescence toujours plus rapide des connaissances et des compétences.
  • Elle est plus collaborative, mettant en relation les apprenants, favorisant leurs interactions.

« Pour qu’elle soit complètement efficace, la formation numérique ne doit pas transposer les formats traditionnels en numérique. Il faut réinventer un scénario, adapter la pédagogie, mettre des outils nouveaux à la disposition des apprenants, et privilégier les rapports horizontaux – entre apprenants – aux verticaux », souligne Yannick Dherbecourt, Senior Manager Orange Consulting.
 

Revenir aux fondamentaux

« La transmission des connaissances est par nature sociale. Le digital permet de lui rendre cette dimension et de la développer. En effet au sein d’un groupe d’apprenants, il y a déjà des savoirs et des compétences : susciter des interactions et des échanges va générer un apprentissage collectif et participatif, plus efficace. En clair, il faut faire du social learning, mettre en place un apprentissage collaboratif », martèle Thierry Curiale, Directeur du programme Open Social Learning d’Orange et fondateur de Solerni, plateforme de MOOC francophone dédié à l’apprentissage social.

Les collaborateurs ayant bénéficié de ces formations témoignent du plaisir d’apprendre : échanger, chercher en groupe une solution, collaborer sur un projet commun, etc. Si la « recette » est connue, son application n’est pas simple. « Il faut que les formateurs acceptent de ne plus être les « sachants », sources de toute connaissance, mais plutôt des animateurs, des facilitateurs d’apprentissage et de collaboration. C’est une remise en question douloureuse pour certains formateurs, qui ont du mal à s’effacer derrière les outils de formation », explique Patrice Abolin, Business Developer Services Numériques Education-Formation chez Orange Business Services.

« Pour l’entreprise, la formation a un coût. La formation numérique permet de le réduire, et devrait donc être plébiscitée. Cependant, lorsque l’entreprise laisse aux salariés une plus grande autonomie, en mettant à leur disposition des formations numériques, elle « perd la main » sur la formation : elle n’a plus de feuilles de présence attestant du suivi et validant une acquisition de compétences. », poursuit Patrice Abolin, Business Developer Services Numériques Education-Formation chez Orange Business Services.
 

Quelle formation idéale pour demain ?

Tour d’horizon des pratiques émergentes :

  • Obsolescence rapide des compétences, accélération du changement… La formation n’a jamais été aussi indispensable ! Chacun doit pouvoir y accéder toute sa vie, se former en flux... Et la solution pourrait passer par le « long life learning » : une acquisition de compétences en continu durant toute la vie. En clair, plutôt que « d’acheter » une formation initiale, puis ensuite des formations ponctuelles, l’enseignement prendrait la forme d’un « abonnement » incluant des mises à jour régulières.
  • Les nouvelles technologies doivent être exploitées : réseaux, vidéos… Mais aussi la réalité virtuelle, qui permettra de mettre en place une formation collaborative en immersion totale. Le groupe d’apprenants se retrouvera virtuellement dans une salle pour travailler et apprendre ensemble !
  • La réalité augmentée a elle aussi le vent en poupe. Elle permettrait un apprentissage pratique sur un « cas réel », en toute sécurité. La réalité augmentée simplifiera l’apprentissage et évitera certaines prises de risques. Par exemple ? Dans le monde médical, l’apprenant pourrait s’entrainer à des actes médicaux ou chirurgicaux sans faire prendre des risques à un « cobaye » ! Dans des industries sensibles, des opérateurs pourraient s’entrainer en tout sécurité à des manipulations difficiles.

Et nul doute que d’autres technologies, d’autres évolutions, permettront de faire évoluer encore la formation, pour rendre l’apprentissage plus naturel et fluide !

Sources
Interview Patrice Abolin / Yannick Dherbecourt / Thierry Curiale

Pour aller plus loin

>> Premiers pas pour intégrer la formation digitale en entreprise
>> Les collaborateurs se forment, l'entreprise se transforme

 

Changer d'affichage