Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.

Les opérateurs de télécom au cœur de la révolution cloud computing

Les opérateurs de télécom au cœur de la révolution cloud computing
2013-08-062014-07-01Infrastructure as a Servicefr
Suite et fin de mon interview de Laurent Lachal, historien de formation et passionné de technologies qu'il a analysées pour la firme d'études britannique Ovum pendant 20 ans.
Publié le 6 Août 2013 par Yann Gourvennec dans Infrastructure as a Service
Interview - La vision du cloud computing par Laurent Lachal d'Ovum (3/3)
La vision du cloud computing par Laurent Lachal d'Ovum (3/3)

Suite et fin de mon interview de Laurent Lachal, historien de formation et passionné de technologies qu'il a analysées pour la firme d'études britannique Ovum pendant 20 ans.

La vision de Laurent Lachal sur le marché du cloud computing et de son évolution est pleine d'intuition et de clairvoyance, et son intelligence du marché lui permet de décrire cette nouvelle discipline comme n'étant pas, comme c'est souvent le cas, uniquement un phénomène technologique, mais aussi un phénomène culturel important.

Cette interview a été divisée en trois parties :

  • la partie numéro 1 décrit sa vision du marché du cloud computing,
  • la partie numéro 2 est dédiée aux deux piliers de l'évolution culturelle impulsée par le cloud computing, à savoir la convergence et le pouvoir rendu aux utilisateurs ("empowerment" en Anglais),
  • et enfin, Laurent Lachal se focalisera dans la dernière partie sur l'importance croissante prise par les opérateurs de télécoms, dont Orange Business Services, sur ce marché du cloud computing, notamment dans le domaine de l'infrastructure (IaaS).

[En] - Ovum's Lachal on Cloud Computing and Telecom Providers - part 3

les opérateurs seront-ils des acteurs du Cloud computing ?


La vision du cloud computing par Laurent Lachal d'Ovum (3/3)En fait, les opérateurs de télécoms sont déjà des acteurs du cloud computing car, dans le cadre de la convergence du marché des télécommunications et de l'information, la plupart d’entre eux ont déjà exprimé leurs ambitions dans ce domaine dans le passé ; ces ambitions sont antérieures au décollage du cloud, même si ce dernier en est un accélérateur.

Le Cloud computing est en effet un bon moyen pour les opérateurs de télécoms de monter en gamme et de sortir de leur zone de confort autour de l'infrastructure et de rentrer dans les domaines plus proches des métiers dans le cadre d'un effort de transformation des entreprises vers le Cloud computing. Cet effort de transformation est donc une transition métier, bien plus qu'une bête transition technologique. De ce point de vue, le cloud computing constitue une motivation forte pour les opérateurs mais aussi un défi.

cloud computing et réseaux : deux mondes à part

Le terrain de jeu du cloud computing est très différent de ce que les opérateurs ont connu par le passé, car ils évoluent ainsi d’un statut d'intégrateurs et de fournisseurs de produits plutôt statiques qui évoluent peu sur une longue période, vers un état de fournisseurs et développeurs de services qui évoluent bien plus rapidement, même au niveau des infrastructures. Cette notion d'infrastructure est d'ailleurs bien différente, dans le contexte du cloud computing, de ce que l’on rencontre dans le monde du réseau.

le réseau centré sur le logiciel

Ce qui est intéressant, avec l'accélération du cloud computing et la convergence des technologies, c'est que la notion d'infrastructure elle-même est entièrement réinventée : elle est en effet de plus en plus centrée sur le logiciel.
On peut considérer aujourd’hui que dans le discours, les réseaux sont centrés sur les logiciels (NDLR : software-centric en Anglais) depuis au moins 15 ans, mais que jusqu’ici la réalité était tout autre. Or, cette transformation arrive aujourd'hui-même, et très vite ; non pas par le bas, au niveau du réseau, mais bien plus d'une façon descendante, au travers de l'infrastructure as a Service (IaaS) et de l'OpenStack, VMware etc. et cela est un des nombreux défis des opérateurs dans la mesure où ils ont besoin de « rester dans le coup » d'un jeu qui est redéfini par les experts du logiciel.

En effet, aujourd'hui le réseau qui est leur cœur de métier est soudainement pris d'assaut par de nouveaux acteurs qui, il y a à peine 5 ans, n'avaient rien à voir avec ce domaine. Ces nouveaux acteurs redéfinissent tout, et ils laissent aux opérateurs historiques ce défi de se mettre à niveau et de riposter avec leurs propres concepts.

Mais il n'y a pas que le réseau, il y a aussi le centre de données, si bien qu'on pourrait parler de réseau défini par logiciel, connecté à du stockage défini par logiciel, connecté à des ordinateurs définis par logiciels, connectés à des applications, connectées au management de l'entreprise… et tout cela nous gratifie une situation assez complexe.

se réinventer

La transformation que nous observons aujourd'hui est en fait celle d'une infrastructure qui était assez contrainte à un environnement restreint et qui évoluait peu, vers un contexte où tout converge et où tout change à toute vitesse. Les compétences que les opérateurs de télécoms possèdent aujourd'hui, et qui sont celles de l'intégration de réseaux, sont aussi en train de changer, et ceux-ci ont véritablement besoin de se réinventer, non seulement au niveau technologique mais aussi en termes de compétences et de culture.

Si vous voulez survivre dans un monde où le cloud est roi, vous devez également baser vos offres sur les API. Salesforce.com l'a compris dès le départ, car quand ils ont lancé leur offre, ils l'ont mise immédiatement à disposition au travers de leurs API également. Donc, il s'agit de réinventer vos services afin qu'ils deviennent « consommables » au travers de ces API. Cette notion de réinvention l'informatique au travers des API est un concept, encore une fois, assez ancien, mais sa mise en œuvre est quant à elle tout à fait nouvelle. Et là encore il s'agit autant d'un changement de métier que d'un changement technologique. En 2008, lorsque le cloud computing se lançait, Ovum a commissionné une étude et a demandé aux sondés quels types de fournisseurs il voyaient sur la carte des acteurs du cloud computing ? Les opérateurs de télécoms, à cette époque, étaient à la toute fin de cette liste.

les opérateurs rentrent dans le jeu

Dans les 5 dernières années, je les ai vus remonter la pente. Une chose est certaine : les opérateurs de télécoms ne sont certainement pas prêts à rater le train du cloud computing et ils font tout leur possible pour faire partie de cette aventure. Pour cette simple raison, ils joueront un rôle de plus en plus important et auront une influence croissante sur le marché dans le futur. Est-ce qu'ils atteindront le niveau où ils redéfinissent complètement le marché cependant ? Je ne suis pas sûr. Mais ils seront à coup sûr des acteurs clé de ce marché.

qui sont les piliers des télécoms dans le domaine du Cloud computing ?

De mon point de vue, ce sont les suspects habituels : NTT, AT&T, BT, Orange et Verizon, et aussi Telefonica ; tous les gros acteurs en somme. Pour être franc, je ne suis pas un spécialiste des télécoms, je suis un spécialiste du cloud computing, donc je me sens un peu moins à l'aise quand il s'agit d'analyser les marchés télécoms et ce que je vois depuis l'extérieur de ce marché, c'est que tous les gros acteurs ont des ambitions énormes et beaucoup de projets.

Je me rends à l'Analysts Day d’Orange business Services la semaine prochaine** et j'y suis allé également l'année dernière. L'année dernière c'est là, que je me suis rendu compte de la profondeur et de l'importance des efforts faits par Orange Business Services dans ce domaine. À l'évidence, comme tout le monde, parfois, les ambitions sont quelquefois au-dessus des réalisations, mais les efforts qui sont faits, non pas seulement pour fournir le service mais aussi se réorganiser entièrement, sont énormes. C'est comme cela qu'Orange business Services aborde ce sujet et ce que dis toujours c'est que les opérateurs de télécoms ont besoin de les suivre dans cette révolution culturelle.

Dans les 5 dernières années, quand le cloud computing a démarré, tous les fournisseurs ont traversé une période difficile de transformation. Et d'une certaine manière cela continue encore aujourd'hui. La Vulgate veut que sur ce genre de marché soit on réussit à 100%, soit on échoue lamentablement et on est donc un « loser ». Ceci n'est pas vrai. La réalité est beaucoup moins noire ou blanche ; il y a un grand mélange de succès et d'échecs, et les opérateurs de télécoms sont certainement à situer entre les deux.

Certains d'entre eux ont plus de succès que d'autres mais il y a aussi quelques domaines où il faut qu'ils reviennent au niveau et s'améliorent. Ceci étant, j'ai été impressionné par Orange Business Services et la façon dont l’entreprise a décidé de cette réorganisation fondamentale, non seulement au travers de ce qu'elle vendait sur ces nouveaux marchés, mais en se transformant profondément de l'intérieur et en trouvant les véritables manières d'y arriver.

Ceci n'est pas tout, l'écosystème du Cloud Computing est aussi un des points les plus importants. Les partenariats avec d'autres s’imposent ; je pense qu’il est important de se rendre compte que vos forces sont aussi importantes que vos faiblesses et il faut reconnaître les points sur lesquels le recours à de la tierce partie est important. Orange, à mon avis, a choisi la bonne voie dans ce domaine.

**Cette interview a lieu au début juillet, quelques jours avant l'Analysts Day d'Orange Business Services.

Lire la première partie de l'interview :
l’évolution du cloud computing expliquée par un analyste historien

Lire la deuxième partie de l'interview :
le cloud computing, entre convergence et prise de pouvoir des utilisateurs

 

Yann Gourvennec

crédit photo : © milka-kotka - Fotolia.com

 

Ajouter un commentaire

comments

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd> <br>

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Email HTML

  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Changer d'affichage