Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.

L’évolution du cloud computing expliquée par un analyste historien

L’évolution du cloud computing expliquée par un analyste historien
2013-07-252014-07-01Infrastructure as a Servicefr
Il y a un peu plus d'une semaine, j'ai eu la chance de pouvoir rencontrer Laurent Lachal, historien de formation et passionné de technologies qu'il a analysées pour la firme d'études britannique Ovum pendant 20 ans.
Publié le 25 Juillet 2013 par Yann Gourvennec dans Infrastructure as a Service
Interview - la vision du cloud computing par Laurent Lachal d'Ovum (1/3)
l’évolution du cloud computing expliquée par un analyste historien

Il y a un peu plus d'une semaine, j'ai eu la chance de pouvoir rencontrer Laurent Lachal, historien de formation et passionné de technologies qu'il a analysées pour la firme d'études britannique Ovum pendant 20 ans. La vision de Laurent Lachal sur le marché du cloud computing et de son évolution est pleine d'intuition et de clairvoyance, et son intelligence du marché lui permet de décrire cette nouvelle discipline comme n'étant pas, comme c'est souvent le cas, uniquement un phénomène technologique, mais aussi un phénomène culturel important.

Cette interview a été divisée en trois parties :

  • la partie numéro 1 décrit sa vision du marché du cloud computing,
  • la partie numéro 2 est dédiée aux deux piliers de l'évolution culturelle impulsée par le club computing, à savoir la convergence et le pouvoir rendu aux utilisateurs ("empowerment" en Anglais),
  • et enfin, Laurent Lachal se focalisera dans la dernière partie sur l'importance croissante prise par les opérateurs de télécoms, dont Orange Business Services, sur ce marché du cloud computing, notamment dans le domaine de l'infrastructure (IaaS).


    [En] - Ovum's Lachal on the Cloud Computing Market - part 1
     

Laurent Lachal - L’évolution du cloud computing expliquée par un analyste historien Cela fait 21 ans que je suis analyste professionnel, 20 ans chez Ovum et 1 ans chez Gartner. Je me suis spécialisé dans beaucoup de disciplines au fur et à mesure des années, les deux dernières spécialités que j'ai couvertes ayant étant l'open source et le cloud computing.
A la différence de mes collègues qui sont concentrés sur un segment de marché particulier comme les ERP ou le business intelligence, j'ai tendance à regarder ces phénomènes technologiques au travers des différents segments de marché.
J'ai démarré en 2010, et la première chose que j'ai faite, dès que j'ai commencé à travailler sur le cloud computing, a été de tenter de comprendre comment il avait évolué. Ma formation initiale est celle d'un historien, il m’est donc venu tout naturellement à l’idée de regarder et d'analyser l'évolution des choses au fil des années, et ce que j'ai constaté, c'est que le concept de marketing avait évolué rapidement d'un synonyme d’Infrastructure as a Services (IaaS) et de Platform as a Service (PaaS) dans les années 2006–2008, à celui de cloud public en 2008-2010, alors même que l’IaaS et le PaaS se recombinaient autour du Software as a Service (SaaS) ; puis tout cela s’est déplacé sur le territoire du cloud hybride, juste avant que la notion de cloud public vienne en concurrence de celle de cloud privé avant finalement de fusionner avec elle.

Il y a plein de différents hybrides, rien que dans la catégorie des clouds privés par exemple, vous avez :

  • cloud privé hébergé (hosted private cloud en Anglais), c’est-à-dire quand votre infrastructure n'est pas dans vos locaux,
  • cloud privé partagé (shared private cloud),
  • club privé virtuel (virtual private cloud), qui est en fait un cloud privé imbriqué sur plusieurs niveaux,
  • des hybrides d’hybrides,
  • des clouds privés partagés virtuels (virtual shared private clouds),
  • des hybrides de services informatiques traditionnels et de cloud tels que le cloud privé managé (managed private cloud) etc.

De nouveaux concepts se sont développés en 2012-2013, comme celui de data cloud, qui est en fait le résultat de la convergence entre cloud et big data, le cloud personnel, qui est la convergence du cloud computing avec le Bring Your Own Device (BYOD), Bring Your Own Application, etc.

 

La description par Ovum de l’environnement sans cesse plus complexe du cloud computing
La description par Ovum de l’environnement sans cesse plus complexe du cloud computing

Le marché tout entier est en train de se regrouper autour de cette notion de cloud computing et il devient de plus en plus complexe. Nous entendons aujourd’hui parler de notions de cloud brokers, de cloud marketplace, de cloud federation, qui sont toutes des reflets de cette complexité exponentielle de l'écosystème du cloud computing.

Quand on se pose la question de savoir quelle discipline à l'intérieur du cloud computing est la plus importante, Le Software as a Service (SaaS) est aujourd'hui considéré comme la plus importante, principalement parce qu’il est antérieur au cloud computing. Les 2 éléments ont d’ailleurs fusionné il y a environ 5 à 6 ans, mais si vous regardez salesforce.com, la société fut créée à la fin de 1999 avec un premier service lancé dès février 2000. À l’évidence donc, ce marché est beaucoup plus gros parce qu’il est plus vieux !
Il a eu donc le temps de grossir au point de devenir le marché phare, au sens où la plupart des entreprises utilisent maintenant du SaaS à un endroit ou un autre de leur architecture informatique.


L’infrastructure as a Service (IaaS), pendant de nombreuses années, a été considérée comme un nouveau venu. Ce n’est que quand le cloud computing a vraiment démarré qu’il a été repéré par les développeurs. De mon point de vue, les fournisseurs de services qui ont démarré avec l’IaaS ont mis le doigt sur la bonne réponse dès le début ; les autres, qui ont fait un pari sur le PaaS ont eu beaucoup plus de difficultés à servir le marché, car si cette technologie rend les développements plus aisés, par ailleurs elle tend aussi à court-circuiter les développeurs et à les empêcher de manipuler les différentes composantes de leurs plates-formes. Or, les développeurs, par définition, aiment avoir le contrôle total sur leurs plates-formes, afin d’en maîtriser les moindres détails.

Les attentes du marché aujourd’hui, alors que l’infrastructure de services est maintenant bien comprise, c’est que la prochaine vague de masse du Cloud computing sera celle du PaaS. Mais un des messages que je fais passer dans le rapport sur lequel je travaille en ce moment, c’est qu’il faudra encore 2 bonnes années au marché pour que l’on passe de l’étape où on se demande encore à quoi le PaaS peut bien servir, à une adoption généralisée.

Yann Gourvennec

Lire la deuxième partie de l'interview de Laurent Lachal :
le cloud computing, entre convergence et prise de pouvoir des utilisateurs

crédit photo : © milka-kotka - Fotolia.com

 

Ajouter un commentaire

comments

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd> <br>

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Email HTML

  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Changer d'affichage