Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.

Les équipes projet passent au tempo « start-up »

Les équipes projet passent au tempo « start-up »
21 Octobre 2015dans Tendances2015-10-212016-08-24tendancesfr
L’irruption de start-ups qui, avec une simple appli, peuvent se hisser en quelques mois parmi les leaders d’un marché, redéfinit la notion du temps dans l’entreprise. Les acteurs traditionnels, s’ils veulent tenir le rythme, doivent réduire leurs cycles de décision, de production, d’innovation...
L'entreprise au tempo start-up
L’irruption de start-ups qui, avec une simple appli, peuvent se hisser en quelques mois parmi les leaders d’un marché, redéfinit la notion du temps dans l’entreprise. Les acteurs traditionnels, s’ils veulent tenir le rythme, doivent réduire leurs cycles de décision, de production, d’innovation...

 

L’économie numérique donne le ton

Blandine Fuzeau, Directrice Associée Orange Consulting, fait le constat suivant : « La transformation digitale des entreprises modifie totalement la façon de penser les projets. Auparavant, un projet était pensé, puis préparé, puis déployé. Un gros projet informatique, par exemple, pouvait s’étendre sur 2 ou 3 ans, entre l’expression du besoin et le déploiement d’une solution testée et validée. Aujourd’hui de nouveaux entrants plus agiles, viennent challenger sur leur cœur de business les entreprises traditionnelles, elles doivent donc accélérer la mise sur le marché en adoptant de nouveaux modes de travail ».

En effet, en 2 ans aujourd’hui, des entreprises comme Apple ont le temps de concevoir et de commercialiser plusieurs versions d’une gamme de produits. De leur côté, les nouveaux entrants que sont les start-ups, sont capables d’adapter plusieurs fois leur business model dans les mois qui suivent leur création.


Des projets séquentiels aux projets itératifs

L’entreprise vit ainsi dans un environnement où la nécessité est permanente d’être attentif, adaptable, réactif et… agile. Finies les longues phases d’analyse, les mois de validation avant mise sur le marché. Même quand elle évolue dans l’industrie, l’entreprise doit apprendre à optimiser ses cycles de travail sans concéder à la qualité ou la sécurité.

Pour réduire le time-to-market (le délai entre la décision de conception d’un produit et sa mise à disposition effective sur le marché), les méthodologies s’inspirent du monde digital où les projets séquentiels font place aux projets itératifs, développés, livrés, mis en service, puis optimisés en continu, incrémentant les idées et les retours utilisateurs au fur et à mesure. Une solution est satisfaisante ? On la développe plus avant. Elle ne donne pas satisfaction ? Le projet est immédiatement réorienté.


Une nouvelle gymnastique à diffuser dans les équipes

« Ce type de fonctionnement n’est pas naturel dans la culture des grandes entreprises; et particulièrement en France, où nous sommes habitués à travailler dans un cadre extrêmement préparé et balisé pour délivrer des produits d’excellence », explique Blandine Fuzeau.

Ce pilotage dynamique des projets nécessite une nouvelle posture du management et des équipes. Les équipes vont faire preuve d’une nouvelle capacité d’ouverture et d’écoute, apprendre à travailler en relation continue… Le management, de son côté, doit renforcer sa communication et être plus dans un rôle de coach auprès de ses équipes.

« La collaboration et la communication sont les clés du succès. Il faut aller vite, s’ajuster en permanence mais aussi toujours valoriser les avancées, les concrétiser, les rendre visible en communiquant », explique Blandine Fuzeau. Ce qui n’est plus statué en amont, doit l’être en cours de projet, par une communication accrue tout au long du projet. « Il est important de donner le tempo, de créer l’émulation pour susciter l’engagement durable des collaborateurs ».

 

Un rythme à prendre pour les partenaires et fournisseurs

Autre conséquence de ce changement : les consultants, partenaires, sous-traitants, fournisseurs… doivent s’adapter eux aussi à ces nouveaux séquençages de projet.

Les cabinets de stratégie, d’organisation, d’implémentation des technologies, doivent proposer un accompagnement capable d’assouplir ces différentes phases pour ne pas freiner la dynamique de leurs clients et leur faire gagner de la réactivité et de la souplesse.

« C’est la force d’Orange Consulting », conclut Blandine Fuzeau. « Nous savons adresser de manière globale les sujets, nous pouvons monter sur-mesure une équipe pluridisciplinaire adaptée au projet du client, intégrant par exemple des compétences stratégiques, de l’expertise R&D et des compétences techniques. Dans un temps raccourci nous pouvons à la fois identifier des concepts d’usage, des solutions technologiques et de la stratégie de déploiement associée. Nous avons intégré ce nouveau rythme dans notre fonctionnement et dans celui des projets pour les clients ».

 

Pour aller plus loin

>> Le collaboratif, colonne vertébrale de l’entreprise

>> Orange Consulting : un accompagnement sur mesure
 

Changer d'affichage