Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.

La croissance brésilienne boostée par les événements internationaux à venir

La croissance brésilienne boostée par les événements internationaux à venir
2013-11-252014-07-01économie des télécomsfr
Durant la dernière décennie, le Brésil a constitué l’une des plus grandes réussites économiques internationales. A l’image des 3 autres pays BRIC (Russie, Inde et Chine), il a su attirer des investissements considérables même en période de crise économique mondiale...
Publié le 25 Novembre 2013 par Anthony Plewes dans économie des télécoms
la croissance brésilienne boostée par les événements internationaux à venir

Durant la dernière décennie, le Brésil a constitué l’une des plus grandes réussites économiques internationales. A l’image des 3 autres pays BRIC (Russie, Inde et Chine), il a su attirer des investissements considérables même en période de crise économique mondiale, la croissance moyenne de son PIB de plus de 4 % entre 2004 et 2009 et culminant à 7,5 % en 2010.

En 2012, le Brésil s’est classé au 3ème rang en termes d’investissements directs étrangers (IDE), juste derrière la Chine et les États-Unis. Malgré les récents troubles survenus dans le pays et l’alignement des prévisions économiques sur des taux de croissance plus modérés, l’économie brésilienne reste prospère. Aussi, bien que la croissance en 2013 ait légèrement ralenti par rapport aux 5 années précédentes, le 2ème trimestre a vu une nouvelle accélération du PIB en croissance d’environ 1,5 % par rapport aux 3 mois précédents, grâce aux exportations et à la production agricole.

essor de grandes marques

Des multinationales comme McDonald’s, Coca-Cola, Nestlé et Procter & Gamble ont toutes mis en avant le Brésil dans leurs derniers rapports annuels. Pour McDonald’s, c’est le marché qui offre « le plus grand potentiel » et Coca-Cola le classe parmi les 5 pays les plus importants avec les États-Unis, le Mexique, le Japon et la Chine. Nestlé a réalisé plus de 5 milliards de $ de chiffre d’affaires au Brésil en 2012, soit 6 % de son chiffre d’affaires mondial, tandis que P&G a vu ses ventes y augmenter de 20 % au dernier trimestre 2012.

Le Brésil réussit également aux géants des TIC : Facebook compte désormais parmi ses membres plus d’un tiers de la population brésilienne et a enregistré une impressionnante hausse de 81 % du nombre d’utilisateurs mensuel en 2012. L’an dernier, Hon Hai, la société mère du géant de l’informatique Foxconn, a acheté près de 1,4 million de m2 de terrains au Brésil avec l’intention d’y développer des activités de fabrication, tandis qu’Apple doit cette année ouvrir son premier magasin au Brésil qui sera prochainement suivi de nombreux autres.

des ressources en abondance

L’abondante réserve de ressources naturelles est un des principaux facteurs qui explique la croissance rapide du Brésil ainsi que son nouveau statut de puissance économique mondiale. Elles continuent aujourd’hui encore de lui offrir de grandes perspectives.

Le Brésil abrite de vastes étendues de terres fertiles, prêtes à accueillir les multinationales désireuses de s'y implanter. Le pays détient 3,5 millions de km2 de terres arables non exploitées disponibles, soit 2,5 fois la superficie des terres agricoles aux États-Unis. Les ressources énergétiques y sont également abondantes (le fournisseur d’énergie Petrobras est la plus grande entreprise de l’hémisphère sud). Les exportations naturelles brésiliennes de produits agricoles, de métaux et d’énergie peuvent satisfaire la demande des économies asiatiques en rapide croissance.

La taille gigantesque de sa population et de son marché domestique constitue une autre ressource inestimable pour le Brésil. Le pouvoir d’achat par tête de ses 195 millions d’habitants est plus élevé que celui des 1,3 milliard de Chinois, ce qui lui a permis de se protéger assez efficacement des récentes secousses financières mondiales.

le défi des infrastructures face aux événements majeurs

La Coupe du monde 2014 de la FIFA et les Jeux olympiques d’été qui suivront en 2016 vont offrir au Brésil une autre occasion de s’illustrer à tous les points de vue.

Avec plus de 600 000 visiteurs attendus durant l’été 2014, la Coupe du monde de football fera bénéficier l’économie d’un apport de 70 milliards de $ et d’opportunités considérables pour les investisseurs. Selon les estimations du ministre des Sports, le développement des infrastructures et du tourisme associés à cet événement devrait générer 332 000 emplois permanents et 381 000 emplois temporaires.

Twitter a dernièrement ouvert un bureau au Brésil, son 3ème plus gros marché après les États-Unis et le Japon, et prévoit d’excellentes perspectives de développement durant la Coupe du monde 2014. Le décollage des ventes de smartphones et le revenu disponible de la classe moyenne font du pays un marché attractif pour les sociétés telles que Twitter et Facebook.

La question des infrastructures est clé pour que l’accueil de ces 2 événements se fasse dans les meilleures conditions et aient des retombées positives pour la population. La présidente Dilma Roussef a dernièrement approuvé des prévisions de dépenses de 66 milliards de $ majoritairement affectées aux réseaux routier et ferroviaire mais incluant également 10 milliards de $ pour l’informatique et les télécommunications.

un optimisme justifié

Malgré le ralentissement économique observé cette année au Brésil, des signaux positifs dissipent les craintes concernant l’attractivité du pays auprès des investisseurs. Les mesures correctives prises par la Banque centrale du Brésil ont ramené l’inflation à 6 %.

Dans le même temps, le renforcement de leur devise permet aux Brésiliens d’accéder plus facilement à des biens de consommation tels que les marques de luxe étrangères très prisées. Fin août 2013, le real brésilien avait gagné près de 11 % par rapport au dollar US, avec un effet stimulant sur les dépenses intérieures et l’économie dans son ensemble.

En plus de ces avancées financières, le marché de l’emploi brésilien a également décollé en août 2013 avec la création de près de 128 000 nouveaux emplois, ce qui constitue une hausse importante par rapport aux 41 000 emplois créés en juillet.

Il reste des obstacles à surmonter : le Brésil doit maintenir un taux de chômage bas en créant environ 100 000 nouveaux emplois par mois pour continuer sa progression actuelle. Autre facteur essentiel, l’inflation doit continuer à baisser. Mais selon la Banque centrale du Brésil, ces objectifs sont réalistes et permettront de renforcer l’attractivité du pays à la fois pour la production de biens manufacturés et pour l’investissement à long terme grâce à l’accueil de deux événements sportifs majeurs.

Comment le Brésil va-t-il gérer la Coupe du monde et les Jeux olympiques ? Le pays saura-t-il exploiter sa visibilité mondiale et parviendra-t-il à achever toutes ses infrastructures à temps ? Donnez votre point de vue !

Anthony

Retrouvez la version Anglaise de cet article ici.

image © daboost - Fotolia.com

Ajouter un commentaire

comments

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd> <br>

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Email HTML

  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Changer d'affichage