Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.

Mobilité, agilité et… sécurité

Mobilité, agilité et… sécurité
18 Juin 2013dans Regards métiers2013-06-182013-06-20regards métiersfr
Avec les nouveaux usages mobiles, l’espace de travail se réinvente. Tour d’horizon des bonnes pratiques et des solutions techniques.
mobilité, agilité et… sécurité
La mobilité se porte bien. Dans son sillage, elle optimise les façons de travailler mais engendre des risques liés à la sécurité des données et des équipements. Focus en trois points.

 

1. relier : être loin et près à la fois

Si le nomadisme des collaborateurs est une nécessité qui répond aux besoins de proximité avec les clients, de réactivité et d’agilité, il n’est pas sans impact sur l’organisation des équipes.
Le management à distance est aujourd’hui une réalité pour de très nombreuses entreprises. Comment communiquer de façon fluide, motiver les équipes, suivre la réalisation des objectifs et préserver le sentiment d’appartenance à une structure cohérente ? La progression constante des débits et l’arrivée de la 4G ouvrent de nouvelles opportunités de relation. Vidéoconférence, téléprésence, e-formation ou webconférence concourent à maintenir le sentiment d’appartenance et permet aux managers de continuer à tisser des liens étroits avec leurs équipes. Cette permanence d’échanges, qui s’ajoute aux indispensables rencontres physiques, est gage de performance et de maintien de la cohésion. Les écarts peuvent être immédiatement corrigés, les observations ou les remontées de terrain peuvent être intégrées en temps réel. Comme en présence réelle.

2. sécuriser les données et les équipements

L’espace de travail dispose de multiples supports (smartphone, PC, tablette…). Il est ouvert à des applications stratégiques de l’entreprise et utilisé souvent aussi bien à des fins professionnelles que privées. La facilité accrue des échanges, les gains de productivité avérés, le confort d’utilisation sont autant d’arguments qui ont pour conséquence de multiplier le nombre de terminaux mobiles.
Ce contexte inédit génère de nouveaux risques. Chaque jour, six cents terminaux mobiles sont perdus dans les aéroports parisiens*… La sensibilisation des utilisateurs est plus que jamais indispensable. La mise en place d’une charte d’utilisation permet d’encadrer les usages privés. La compréhension par tous les collaborateurs des risques encourus est essentielle. Le management des politiques de sécurité doit en priorité s’appuyer sur des solutions et des principes simples. L’application des protocoles, l’accès
aux applications, aux données et la mise en oeuvre de règles d’usage doivent pouvoir être appréhendés facilement.
Les enjeux de la sécurité sont aujourd’hui plus complexes et, pour de nombreuses entreprises, les ressources internes ne sont plus suffisantes. Le recours à la mutualisation, à un outsourcing des services peut donc être une réponse adaptée à la fois en moyens et en coûts.
* Source : Aéroports de Paris.
 

3. équiper : cols blancs, artisans, techniciens…, des terminaux mobiles pour tous

Avec l’avènement du très haut débit et de la 4G, les équipements et les applications métier connaissent une nouvelle révolution. Des collaborateurs jusqu’alors non équipés gagnent en fluidité d’échange, de nouveaux services sont déployés avec, à la clé, des gains de productivité. Les organisations internes sont simplifiées et l’espace de travail réinventé.
Des exemples ? Aujourd’hui, mille facteurs disposent de smartphones ; ils en seront tous équipés d’ici à deux ans. Grâce à leur terminal mobile, la traçabilité des colis est réalisée en temps réel, les bordereaux en papier deviennent inutiles, toutes les données sont dématérialisées. Et, si une signature est nécessaire, elle est apposée directement sur l’écran du smartphone. Les artisans ont aussi la possibilité d’offrir de nouveaux services, à l’instar des coiffeurs, qui proposent désormais des tablettes numériques à leurs clients pour tester virtuellement un relooking à partir de leur photo envoyée au préalable sur le site du salon de coiffure. Couleurs, formes, styles sont testés, le choix se fait en toute connaissance du résultat final. Dans le bâtiment, des chefs de chantier adressent leur rapport quotidien au siège ainsi que leur demande d’approvisionnement en matériaux depuis leur terminal mobile. Les données les suivent, qu’ils soient en déplacement ou de retour au siège. Leur bureau de travail tient dans leur poche…

 

sécuriser la mobilité

 

Une responsabilité nouvelle est confiée aux collaborateurs : la sécurité des données et des équipements mobiles de l’entreprise. Quels sont les nouveaux risques ? Comment réagir ?

 

« L’explosion du travail en mobilité révolutionne les usages, mais il génère également de nouveaux risques »,  Nicolas Furgé, directeur des services de sécurité d’Orange Business Services résume Nicolas Furgé, directeur des services de sécurité d’Orange Business Services. L’organisation des entreprises, les usages des collaborateurs étaient jusqu’à présent centrés sur le PC, qui concentrait toutes les données, elles-mêmes hébergées dans des data centers. « Aujourd’hui, reprend Nicolas Furgé, munis d’un simple smartphone, nous transportons avec nous les données de l’entreprise. Une responsabilité nouvelle nous est confiée. » Seulement, tout le monde n’en a pas clairement conscience…


réduction des risques

Le premier réflexe est de s’interroger sur les risques auxquels l’entreprise est confrontée : « Il est essentiel d’adopter une approche globale », confirme Mathieu Poujol, principal consultant chez Pierre Audoin Consultants.Mathieu Poujol, principal consultant chez Pierre Audoin Consultants Chaque entreprise, en fonction de son environnement, doit envisager les menaces et ses points de fragilité. « Il est évident qu’une entreprise du secteur agroalimentaire ne sera pas exposée de la même façon qu’une autre évoluant dans le secteur de l’armement, poursuit Nicolas Furgé. Elles doivent mesurer le caractère critique de leurs données, leur degré de confidentialité ainsi que leur valeur. » Sur cette base, une politique de sécurité peut être fondée. « Il est important que chacun se sente concerné par cette problématique, indique Nicolas Furgé. Il s’agit d’être convaincu qu’il existe une “hygiène” à respecter, qui permet de réduire significativement le niveau de risques. » Cette « hygiène » passe par une bonne compréhension des dangers. Mais les règles mises en place, les chartes encadrant les usages, les outils, les solutions techniques doivent être simples à mettre en oeuvre. « Nous parlons de solutions et d’organisations user friendly (conviviales, en bon français), souligne Nicolas Furgé. elles sont simples, elles sont comprises et elles sont appliquées. »


multiplication des applications et des menaces

« Il est également important de noter que l’avènement d’un nouvel espace de travail apporte une complexité de gestion aux entreprises. Pour les collaborateurs, les gains en confort sont évidents. Pour les entreprises, en revanche, la donne change. Elles doivent gérer une multiplicité de terminaux et d’applications, le tout dans un environnement plus ouvert que par le passé, donc plus soumis aux menaces. » Celles-ci sont bien réelles, le nombre de malwares (logiciels malveillants) est en augmentation constante et, si les terminaux mobiles, les smartphones en particulier, ont été un temps épargnés par les virus, du fait d’un large nombre d’O.S., ce n’est aujourd’hui plus le cas avec la domination du système Android. « Le téléchargement d’applications sur Android Store n’est pas sans risque », prévient Nicolas Furgé. Par ailleurs, ces derniers mois, une forte montée des attaques en
déni de service a été observée, qui ont totalement paralysé les sites des entreprises qui en étaient victimes. « Le management de la sécurité est aujourd’hui devenu complexe. Elle exige la mise en oeuvre de compétences pointues et de moyens techniques conséquents pour pouvoir lutter contre des attaques, sans cesse plus élaborées », constate Mathieu Poujol.


vers une sécurité d’experts

Quelles solutions peuvent être saisies pour protéger l’espace de travail et, à travers lui, l’ensemble des ressources de l’entreprise ? « Gouverner l’ensemble des systèmes, à partir de la donnée, à travers toutes les couches SI est un chantier devenu de plus en plus lourd. Les entreprises seules n’y arrivent plus », constate Mathieu Poujol. Pour bénéficier des expertises de haut niveau et des infrastructures capables de repousser les attaques, des entreprises se tournent désormais vers des solutions mutualisées. « L’usage sécurisé de l’espace de travail demande de grandes compétences en matière d’identification, d’accès sécurisé et de management des terminaux, note Nicolas Furgé. C’est pourquoi le mouvement de l’outsourcing de la sécurité est en marche. »

Télécharger

Recevoir la newsletter

Tous les mois, les tendances et témoignages sur la transformation digitale des entreprises

S’inscrire maintenant
Changer d'affichage