Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.

Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.

La taxe carbone : une chance pour le Green IT ?

La taxe carbone : une chance pour le Green IT ?
2009-08-242013-02-11économie des télécomsfr
Alors que la Commission présidée par Michel Rocard prône la nécessité de mettre en œuvre rapidement la taxe carbone, et que le Premier Ministre François Fillon annonce (sur une plage souillée par les algues vertes) sa mise en place dès 2010, c'est le bon moment pour se poser la...
Publié le 24 Août 2009 par Axel Haentjens dans économie des télécoms

Alors que la Commission présidée par Michel Rocard prône la nécessité de mettre en œuvre rapidement la taxe carbone, et que le Premier Ministre François Fillon annonce (sur une plage souillée par les algues vertes) sa mise en place dès 2010, c'est le bon moment pour se poser la question de l'impact possible de cette mesure sur la promotion des Technologies de l'Information et de la Communication (les « TICs ») pour réduire l'empreinte carbone des entreprises.

Depuis le rapport SMART 2020 du Climate Group publié en juillet 2008, tout le monde le sait : les TICs pèsent 2% de l'empreinte CO2 mondiale (autant que les transports aériens), leur empreinte CO2 va continuer à croître d'ici 2020, mais cette croissance va générer 5 fois plus de décroissance dans les secteurs où les TICs s'appliquent, c'est-à-dire les transports, l'énergie, les bâtiments et les processus industriels. Sans oublier l'impact positif endogène de la virtualisation sur l'empreinte CO2 des systèmes d'information.

 

Thumbnail image for Thumbnail image for green-3.gifMalgré ces brillantes démonstrations, qu'a-t-on vu ces dernières années ? D'abord, certaines entreprises ont découvert la dimension environnementale du développement durable principalement grâce aux contraintes que la règlementation européenne - D3E et RoHS - leur imposait pour mieux gérer les produits en fin de vie et éviter la prolifération des substances dangereuses. Puis d'autres ont vu l'utilisation des TICs comme une belle façon de « colorer en vert » un rapport annuel passablement gris : quoi de mieux qu'une téléprésence entre Paris et Singapour, ou qu'un système de relevés des compteurs par solution machine-to-machine, pour témoigner de l'engagement de la DSI aux côtés du Président pour atteindre les objectifs de réduction de l'empreinte carbone.

Tout ceci était essentiellement du domaine du qualitatif. Des solutions efficaces certes, un ROI en général excellent - typiquement moins d'un an pour une solution de téléprésence - et une très belle citation d'un haut responsable sur les bienfaits environnementaux de la solution. Et pour partager équitablement les critiques, les fournisseurs de solutions « TIC » se contentaient d'argumentaires verts tout aussi qualitatifs tout en mettant en avant plutôt les bénéfices financiers et les gains sur l'efficacité des équipes générés par la solution.

Au tournant de l'année 2008 est apparue l'Analyse du Cycle de Vie (ACV). Cet outil permet pour un produit ou service donné permet de calculer son empreinte CO2 globale, depuis sa phase de conception, puis sa fabrication (en intégrant l'empreinte CO2 de ses composants, l'impact de leur transport, le processus de fabrication, la livraison au client, le service client), jusqu'à la phase de récupération et du traitement du produit en fin de vie. Cet ACV permet donc d'estimer - la perfection n'existe pas, trop de données devant être évaluées - l'empreinte carbone totale du produit ou du service fourni au client.

 

En matière de TIC, un produit ou un service remplace le plus souvent une autre source d'émission de CO2, par exemple dans le domaine du transport. La visioconférence réduit les besoins de déplacements de longue durée, le télétravail ceux, quotidiens, de courte durée ; le télé-relevé des compteurs supprime l'intervention physique, la gestion de flottes de véhicules réduit le nombre de Km parcourus, etc. Mais un télé-pilotage intelligent de systèmes de chauffage de locaux réduit la consommation d'énergie, la virtualisation des serveurs en réduit le nombre et donc impacte aussi positivement la consommation d'énergie, etc. Une fois que l'on a donc réalisé l'ACV du produit ou service « TIC », il convient de réaliser celle du processus ou du produit auquel il se substitue, et les résultats sont parfois spectaculaires. Dans le cas de la téléprésence, l'empreinte CO2 peut être 20 fois plus faible que celle du voyage intercontinental qu'elle remplace. Une gestion de flottes de véhicule optimisée peut réduire de 5% la quantité de carburant consommée annuellement par une entreprise de transport, et la virtualisation des serveurs fait passer le taux d'utilisation du serveur de 15% à 60%, permettant la suppression des 3/4 d'entre eux.

Donc, fournir aujourd'hui une solution TIC pour réduire l'empreinte carbone de l'entreprise veut dire fournir aussi l'outil qui permet de calculer la réduction réelle d'émission de CO2 dans le contexte particulier du client, afin qu'il puisse l'inclure dans son Bilan Carbone.

« Bilan Carbone » : le gros mot est lâché. Pour que la taxe carbone s'applique aussi aux entreprises - et pas uniquement aux particuliers sur un mode bonus-malus -, cela suppose que chaque entreprise ait une idée claire de son empreinte carbone, par division, par pays, par centre opérationnel, etc. et qu'elle se donne un objectif de réduction cohérent avec les caractéristiques de son secteur. La mise en place de la taxe carbone en 2010 va nécessiter un travail prométhéen de mise en place d'une véritable « comptabilité carbone » qui va progressivement doublonner la comptabilité financière. A quand une Direction de la Responsabilité Sociale d'Entreprise avec ses comptables, ses contrôleurs de gestion et ses auditeurs ? Certaines entreprises très en pointe ont déjà intégré dans les bonus des dirigeants une composante égale à 30% de son total, directement liée à la réduction de l'empreinte carbone de leur division ou département.

Bien sûr cette contrainte va s'appliquer aussi aux fournisseurs de solutions TIC qui, outre la comptabilité carbone, vont devoir généraliser l'Analyse de Cycle de Vie à l'ensemble de leur portfolio en 2010 pour définir la « carte d'identité CO2 » de leur produit ou service, et permettre au client d'engranger les gains liés à son utilisation. Ceux qui ne le feront pas ne permettront pas au client de comptabiliser ces gains, ce sera donc un important désavantage concurrentiel. Orange Business Services a bien entendu mis en place un programme d'extension des l'ACV à l'ensemble des nouveaux services dans un premier temps, puis à l'ensemble du portfolio.

Donc cette taxe carbone est une excellente nouvelle pour promouvoir l'utilisation des TICs dans une optique environnementale. Merci Messieurs Rocard et Fillon !

3 Commentaires

  • 9 Septembre 2009
    2009-09-09
    par
    Note de la rédaction : merci de ce commentaire, qui a le mérite de la franchise. Notre rôle n'est ni de nous exprimer sur les sujets politiques, ni de donner un avis sur de tels points. Nous autorisons ce votre commentaire qui est modéré, fournit un lien documenté et permet à tout lecteur de se faire une opinion. En aucun cas l'opinion exprimée ici ne peut-elle être critiquée - en positif ou en négatif - par notre rédaction.
  • 9 Septembre 2009
    2009-09-09
    par
    La taxe carbone nous a été vendue pendant la campagne presidentielle 2007 comme une taxe permettant de taxer les produits importés de pays qui ne respectaient pas les normes environnementales.
    Source : site de l'UMP sur la taxe carbone : http://www.u-m-p.org/propositions/index.php?q=carbone
    Morano pendant la campagne (minute 3) : http://www.dailymotion.com/user/prince_de_conde/video/x9ks3k_zemmour-fac...
    Aujourd'hui cette dernière vise à taxer les ménages et les entreprises uniquement françaises.
    Autant on pouvait reprocher à ses prédécesseurs de ne pas respecter leurs promesses, autant on peut reprocher à Sarkozy de faire l'inverse de ce qu'il avait promis
  • 31 Août 2009
    2009-09-09
    par
    Deux petites remarques

    1) << Depuis le rapport SMART 2020 du Climate Group publié en juillet 2008, tout le monde le sait : les TICs pèsent 2% de l'empreinte CO2 mondiale (autant que les transports aériens) >>

    Ce chiffre de 2% provient de Gartner. Il s'agit uniquement du transport aérien civil de passager (cela n'inclut pas le fret et l'aérien militaire, sécurité, santé, etc.).

    2) Télétravail. son impact peut être pire que des déplacements carbonés. Par exemple, en hiver, vaut-il mieux chauffer 50 habitations à bonne température toute la journée et limiter les déplacements ? Ou vaut-il mieux que ces 50 salariés se regroupent tous dans un même lieu de travail (un seul lieu à chauffer) ? Tout dépend du scénario d'usage.

Ajouter un commentaire

comments

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd> <br>

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Email HTML

  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
Changer d'affichage